Olivier Megaton - L'artiste et ses peintures
olivier megaton, director, réalisateur, the transporter 3, transporteur 3, colombiana, taken 2, taken 3, the champion, rallye car, artiste, artist, peinture, paint
15751
page-template-default,page,page-id-15751,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1200,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,hide_inital_sticky,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
 

L ‘ Artiste et ses peintures

Olivier Megaton (de son vrai nom Fontana), doit son pseudonyme au fait qu’il soit né exactement 20 ans après (jour pour jour) les tragiques événements d’Hiroshima.

Doué pour le dessin depuis son plus jeune âge, il développa un fort engouement pour toutes les formes d’expressions picturales mais étant issu d’un milieu modeste, il ne put évoluer vers ce type de carrière, et s’exprimer à l’encontre de la volonté de sa famille, qui voyait pour lui une carrière plus sérieuse, dont elle pourrait être fière.

Envers et contre tout, Olivier continua à dessiner et peindre avant de découvrir le graffiti – au pochoir – à 13 ans, puis ensuite le graffiti « new yorkais” – à la bombe – à 15 ans. C’est après avoir vu Futura 2000 peindre lors d’un concert des Clash, que le premier tournant de sa vie s’amorcera et qu’il signera par la suite ses œuvres par Ω T.O.N.

Il découvrit alors le milieu des graffitis dans les squats, les concerts et commença à peindre avec des artistes très connus tel que Blek le rat, Jeff aérosolEpsilon, VR, Jérôme MesnagerMystic, Les Musulmans fumants… jusqu’à ce que son chemin croise celui de Jean-Baptiste Mondino, lui faisant emprunter la voie du cinéma.

LA PERIODE GRAFFITI :

La bombe aérosol est restée pendant longtemps le medium principal de sa création, et peu à peu les fresques gigantesques urbaines, glissèrent sur d’autres supports… la toile. Et il n’eut cesse de développer la technique pour pervertir ce nouveau medium et exprimer de nouvelles formes.

Les expositions et performances s’enchainèrent, la France ne suffit plus et il exporta sa création dans le monde, sur scène et dans de galeries (Tokyo, Moscou, NYC, Europe de l’Est).

VERS LA PEINTURE:

Après avoir inhalé pendant près de 20 ans, les émanations des solvants des aérosols, les problèmes pulmonaires se succédèrent et Olivier se résolu donc à abandonner le medium qu’il avait tant chéri pour l’encre, moins nocif et fit encore évoluer sa peinture avec cette nouvelle technique.

AUJOURD’HUI…